Bhramari pranayama : réduire l’anxiété et augmenter la confiance en soi

Bhramari pranayama : réduire l’anxiété et augmenter la confiance en soi

Bhramari pranayama, la respiration de l ‘abeille noire, est une pratique simple au potentiel thérapeutique extraordinaire. Comme tout pranayama, son pouvoir vient en grande partie de son effet direct sur le système nerveux : en allongeant l’expiration, qui devient plus longue que l’expiration, la pratique permet d’activer la système nerveux sympathique. Bhramari harmonise également les ondes du cerveau.

Pour les personnes qui souffrent d’anxiété ou de dépression anxieuse, cette pratique apaise le mental dans l’espace de quelques respirations. Le son du bourdonnement de l’abeille en continu vient interrompre le flux incessant du mental, la loupe des pensées qui nourrit la souffrance émotionnelle, et offrir un répit pour les personnes qui ne prennent pas le temps de méditer, ou en complément de la méditation.

Bénéfices de Bhramari 

La pratique régulière de Bhramari pranayama soulage l’anxiété, les insomnies, les infestions des sinus, les porblèmes de thyroïde et le stress. Elle ramène la confiance en soi et la joie dans le coeur.

Elle réduit la pression artérielle et les migraines, les émotions de colère et de frustration.

Comment pratiquer Bhramari Pranayama 

  • Trouvez une position assise stable et confortable, au sol ou sur une chaise. Au sol, placez un support sous vos fessiers pour que vos hanches soient au-dessus du niveau de vos genoux. Si vous vos genoux ne touchent pas le sol. placez des supports pour les soutenir (blocs, couvertures, …)
  • Sur une chaise, asseyez-vous sur l’avant de celle-ci et placez vos jambes dans un angle de 90 degrés, les pieds alignés avec vos genoux.
  • Bouchez vos oreilles en plaçant vos majeurs sur le tragus, et non pas avec vos doigts directement dans l’orifice de l’oreille.
  • Ouvrez les bras, les coudes dirigés vers les côtés, pour ouvrir l’espace du coeur et de la poitrine.
  • Commencez par prendre quelques respirations conscientes, en ramenant votre présence à l’entrée de vos narines. Simplement, ressentez l’air qui entre à chaque inspiration et qui ressort, à chaque expiration. Sans changer ni forcer le souffle.
  • Détendez les mâchoires, qui s’entrouvrent légèrement. La langue se dépose naturellement dans le fond de la bouche.
  • Fermez les yeux. Inspirez profondément, dans forcer le souffle. Et sur toute la longueur de l’expiration, émettez le son m, tout en gardant la bouche fermée. Vous pouvez ressentir le son qui vibre doucement sur vos lèvres, votre langue, vos dents et vos sinus. La vibration vient également se propager dans tout votre cerveau.
  • Effectuez 6 cycles. Puis revenez à une respiration naturelle et consciente pour quelques respirations. Tout en gardant les yeux fermés. Observez les sensations et les changements en vous. Et vous pouvez répétez ainsi plusieurs cycles.
  • Puis rouvrez doucement les yeux.
  • Le plus Maman Yoga : je place un petit O au début de mon inspiration et ainsi le bénéfice du mantra Om s’ajoute à la pratique

Une pratique simple et efficace que vous pouvez faire à tout moment de la journée, et particulièrement recommandée avant le coucher.

Bhramari pranayama Maman Yoga

Bhramari Pranayama dans la pratique du yoga

Bhramari pranayama est souvent pratiqué en association avec Nadi Shodana, la respiration alternée. Bhramari avant, Nadi Shodana ensuite.

Bhramari, allié d’une grossesse harmonieuse 

la pratique de bhramari pranayama durant la grossesse contribue à maintenir et réguler le fonctionnement du système endocrinien, ainsi qu’à un accouchement sans complications. Une étude clinique menée en 1993 par le Dr Singh, à l’hôpital de Monghyr en Inde, en collaboration avec la Bihar School of Yoga a suivi 448 femmes enceintes sur une année. Parmi elles, 112 pratiquèrent bhramari pranayama une à deux fois par jour, 5 à 10 mn, durant toute leur grossesse et encore un peu au-delà.

Les résultats observés furent :

  • Pression sanguine normale chez ces 112 femmes (contre 25 % de femmes ayant une pression artérielle augmentée dans le groupe de contrôle, ceci étant un phénomène normal généralement observé au cours de la grossesse)
  • Diminution du nombre d’avortements spontanés (2 % contre 8 %)
  • Diminution du nombre de naissances prématurées (2,6 % contre 5 %)
  • De manière générale, peu de douleur pendant le travail
  • Un seul cas de césarienne (1 % contre 4 % dans le groupe témoin)
  • Aucun manque d’oxygène chez les nouveaux-nés (0 % contre 12 %)
  • Poids moyen des nouveau-nés (3,352 kg contre 2,850 kg)

Bhramari pour une maternité plus sereine

La maternité peut amener stress, manque de confiance en soi, frustrations, anxiété… Bhramari est une pratique très bénéfique pour soutenir son état émotionnel et nerveux.

Bhramari pour les enfants

C’est un pranayama fantastique pour les enfants. Ces derniers l’apprécient beaucoup car ils s’amusent à faire le bruit de l’abeille et aussi parce que les enfants sont particulièrement sensibles nerveusement et émotionnellement, et qu’ils ressentent beaucoup plus rapidement que les adultes les bienfaits directs de la pratique du yoga dans leur corps et sur leur état.  Bhramari pranayama diminue le stress, l’angoisse et la manque de concentration en apportant calme et en oxygénant le cerveau. Il aide à évacuer les émotions drainantes comme la colère et la frustration et permet aux enfants de développer leur estime et confiance en eux.

***
Procurez-vous Les Petits Bonheurs de Maman Yoga : VIVRE SEREINEMENT L’AUTOMNE ici Les Petits Bonheurs

LesPetitsBonheurs de Maman Yiga Guide saisonnier pour vivre sereinement l'automne Maman Yoga

75 pages richement illustrées pour bénéficier, vous-même et vos enfants, des bienfaits profonds du yoga et des médecines naturelles dans votre réalité quotidienne. Ce sont ces gestes qui feront une réelle différence dans votre niveau de vitalité et de sérénité. Le tout, dans une dynamique joyeuse et ludique, pour toute la famille !

♥ Maria : Merci pour cette générosité et votre créativité ! J’utilise Les Petits Bonheurs quasiment chaque jour et toute la famille l’adore ! 

♥ Sandrine : Votre livre est tellement riche en informations. C’est super intéressant et très beau !!! 

♥ Misha : Ce livre m’a tellement fait du bien ! L’automne est toujours un temps difficile pour moi et là je comprends mieux pourquoi et surtout tout ce que vous donnez comme pratiques et gestes quotidiens est tellement varié et facile. Pour moi et pour mon fils, c’est très utile et tellement joli et ludique. Il ne nous quitte plus! Merci à vous !

 

Maternité en yoga : co-naissance, conscience, bien être

Maternité en yoga : co-naissance, conscience, bien être

La conception, la grossesse, l’accouchement et la période postnatale (4o jours après l’accouchement) ne sont pas uniquement un processus physique. Ils engagent la globalité de la vie des futurs parents et de leur enfant. Ces quatre étapes sont des processus sacrés, des paliers initiatiques pour la mère, le père et l’enfant à être.

La maternité yoguique considère le processus de la venue au monde (conception, gestation, accouchement et post-natalité) à travers la vision du yoga et de l’ayurveda : la connaissance de la vie et l’union à la vie (bien être).

La vie est un yoga.

Sri Aurobindo

Cette approche millénaire reste d’actualité, car elle s’adresse à la nature-même, l’essence de l’être. En offrant une approche globale sur les interactions corps-mental-émotion-esprit, ainsi que des outils pratiques pour le bien-être de la femme et de son nouveau-né ainsi que pour la famille moderne, la maternité yoguique permet de vivre avec conscience, vitalité, stabilité et ouverture ce passage initiatique.

Les parents ont une sagesse innée qui les guide dans leur voyage de parentalité. La sagesse innée du corps : réceptacle, source et force de vie, et la sagesse du coeur : nos valeurs essentielles, notre force d’amour, de bienveillance, notre gouvernail. La maternité yoguique soutient la connexion à cette sagesse. Pour la mère, elle permet de générer un état optimal à tous les niveaux : physique, psychique et émotionnel. Elle offre ainsi directement un environnement optimal pour l’enfant à naitre et à être, dans ses premiers pas au monde. Elle permet aux parents de clarifier leurs valeurs, de se relier à leur désir et de faire des choix en cohérence avec leurs souhaits. Et leur offre également la vitalité et la stabilité nécessaires pour porter cette nouvelle réalité.

Le yoga invite à mettre plus de conscience dans son corps, dans sa respiration et dans son comportement : c’est un art de vivre. L’attente et l’accueil d’un enfant portent tout naturellement les parents à l’écoute de cette vie qui prend forme dans le ventre maternel. Le yoga part de cette attitude d’écoute intérieure pour aider la déjà maman à habiter pleinement son corps et à se centrer dans son pouvoir. L’alimentation fait partie intégrante de la maternité yoguique.  Dans la tradition védique, le yoga et l’ayurveda étaient indissociables : le yoga s’occupait du spirituel, l’ayurveda du physique. Car les aspects qui constituent l’être humain (physique, psychique, émotionnel, spirituel) sont interconnectés et s’influencent les uns les autres. L’alimentation est un pilier majeur pour soutenir autant la vitalité que la stabilité émotionnelle et la clarté : un corps en harmonie est en santé.  C’est pourquoi dans toutes les médecines traditionnelles, l’alimentation est une médecine.

Le yoga permet d’accompagner

Cette montée vibratoire d’énergie vitale (qui) transforme la femme en profondeur et lui permet une ouverture de conscience pour rester en contact avec cette âme qui est dans son processus d’incarnation.

Martine Teixier

Namasté !

 

Le Yoga Poussette, c’est quoi ?

Le Yoga Poussette, c’est quoi ?

Le Yoga Poussette est une 1ère à Montréal ! Une pratique de yoga postnatal qui allie les postures spécifiques à la période post-partum, dans un mouvement doux, avec la méditation marchée. Je vous partage ici comment cette idée a germé pour Maman Yoga et en quoi cela consiste.

Depuis de nombreuses années maintenant, j’enseigne le Yoga prénatal et le Yoga post-natal ainsi que le massage des bébés. J’offre ces cours au parc au printemps et à l’été avec un enthousiasme particulier dû au contact avec la nature : s’ancrer et se déposer dans la terre, respirer avec les arbres, être à l’air libre, se gorger de soleil,… Des éléments tout simples mais qui apportent des bénéfices réels et tangibles. Les postures de yoga sont toutes inspirées de la nature et c’est pour cela qu’elles portent le nom d’animaux et autres éléments tels que l’arbre, la montagne ou la lune, par exemple. Pratiquer au parc nous permet de profiter de ses bienfaits, nous ramène dans une connexion évidente et simple à soi et au monde et nous enseigne aussi que des petits gestes dans notre quotidien, accessibles et simples finalement, peuvent faire toute une différence dans notre bien-être.

Régulièrement, je croisais des groupes cardio poussettes dans les parcs montréalais et, curieuse de nature, j’observais les exercices et ce fut très souvent que je trouvais cela intense et pas toujours adapté à un corps qui vient d’accoucher. Dans notre société, la notion de performance, de remise en forme, de vouloir retrouver un corps mince et musclé, rapidement, il nous est souvent difficile d’être à l’écoute de notre corps et d’honorer ses rythmes. Certes, ce rythme varie d’une femme à l’autre. Quoi qu’il en soit, une grossesse et un accouchement constituent un véritable tsunami.

En période post-partum, le corps est en reconstruction et en transition. Les tissus et les organes internes retrouvent tranquillement leur densité et leur place. Cela leur demande un certain temps. Les muscles abdominaux ont besoin d’être retonifiés. Aussi, en douceur. Les os et le plancher pelvien ont besoin d’une attention particulières. À cela s’ajoutent les tensions souvent présentent dans la nouvelle réalité de maman : tensions dans les épaules et la nuque, dans le bas du dos, résultant de se baisser souvent, de porter bébé, d’allaiter, etc.

Lors de cours de yoga poussette offerts par Maman Yoga nous prenons soin :

– des jambes : par des postures debout et dans des mouvements fluides qui permettent de redonner fluidité à l’énergie des jambes. L’énergie des jambes est le siège de la vitalité, de la stabilité et de la confiance.

– du périnée, avec douceur, beaucoup par la respiration. La relaxine étant de toute façon encore présente dans le corps, notamment à cause de l’allaitement, les tissus du périnée ne sont pas prêts à des exercices plus intenses de renforcement.

– des os : la relaxine, là encore présente dans les hormones du corps en post-partum, font que nos articulations sont encore très mobiles. Nous évitons les sauts et nous pratiquons des postures qui soutiennent la stabilité. Et qui nous amènent aussi à retrouver l’équilibre, altéré durant la grossesse car le centre de gravité du corps avait changé. Nous évitons aussi les sauts pour éviter la descente d’organes, qui n’ont pas encore retrouvé leur place et qui ne sont pas encore pleinement soutenus par un plancher pelvien qui a besoin de retrouver sa force.

– des organes internes, en faisant des exercices pour le plancher pelvien et des torsions, en douceur, pour masser et stimuler ces organes et libérer l’énergie de la colonne vertébrale, directement liée au système nerveux, et bien évidemment aussi pour soulager les tensions de tout le dos.

– des abdominaux : grâce à des exercices sans tension ou efforts intenses et qui préservent l’intégrité de la colonne vertébrale.

– du bassin et du périnée : les postures et exercices en isométrie sont évités, pour respecter un bassin encore instable, un sacrum qui a besoin de retrouver son centre, et un périnée qui a besoin d’être contenu, surtout s’il y a eu déchirure lors de l’accouchement.

– de la vitalité et de l’harmonie émotionnelle : grâce à des exercices de respiration, des postures au sol, des postures debout et à la médiation en nature. La fatigue, l’anxiété, le baby blues font partie intégrantes de la période post-partum. Le yoga et la médiation constituent incontestablement une voie privilégiée et efficace pour nourrir  la vitalité et la stabilité émotionnelle.

– de notre intuition et de confiance en nous : en vous connectant ainsi à votre corps, à vos émotions et à la nature, vous vous reliez à votre sagesse intérieure et vivre pleinement que vous êtes la personne la mieux placée pour savoir ce dont vous et votre enfant a besoin.

Comment se déroule une séance de Yoga poussette ? 

Une séance est généralement constituée de 4 parties :

– On prend le temps de respirer, de se connecter aux éléments de la nature du parc et d’entrer en présence avec notre corps

– Un parcours yoga post-natal, dédiés aux postures alliant mouvement et douceur, avec bébé dans la poussette.

– Une séquence au sol, sur les tapis avec bébé. Vous aurez le choix de laisser bébé dans la poussette s’il dort ou d’effectuer les postures au sol en duo avec lui, dans un yoga post-natal avec bébé.

– De la méditation de pleine conscience, marchée ou au sol, dépendamment de la journée.

– Vous apprendrez aussi des respirations et des postures à infuser dans vos gestes  quotidiens pour nourrir votre bien-être.

L’ordre dans lequel nous ferons ces éléments de pratique variera en fonction de l’humeur du jour et de la disponibilité des bébés.

Cette activité est avant tout un RDV de connexion avec vous-même, votre bébé et la nature. Nous suivons le flow du moment pour permettre cette connexion avec justesse, détente, bienfaits et joie.

J’ai bien hâte d’inaugurer cette première saison de Yoga Poussette avec vous : précieux mamans et bébés !

RDV au Parc Lafontaine à partir du mercredi 11 mai 2016 ! 

Pour le infos pratiques et inscriptions, cliquez ici : Yoga Poussette

YOGA_POUSSETTE_PARC_LAFONTAINE_MONTREAL_MAMANYOGA

Le Yoga Nidra : une pratique royale pour la maternité

Le Yoga Nidra : une pratique royale pour la maternité

Relaxation sans sommeil ou Yoga du sommeil profond

Le Yoga Nidra est une technique de relaxation physique et psychique qui apporte une relaxation complète, avec une technique simple et accessible à tous : il suffit juste de s’étendre et d’écouter les directives de l’enseignant. Vous pouvez aussi finir par apprendre ces directives et vous les répéter mentalement lors d’une pratique personnelle.

Il fait partie de Pratyahara, le retrait des sens, qui est le 4ème pilier du yoga. Le retrait des sens élimine les distractions et les agitations, ce qui amène une profonde reconnexion intérieure, source de détente, d’harmonisation et de retour à l’unité.

Cette technique très simple, et même temps très profonde, est utilisée dans des applications aussi diverses que la relaxation profonde, la gestion du stress, le yoga thérapeutique pour de nombreux et variés déséquilibres, aussi bien physiques que psychologiques : insomnie, dépendances, asthme, maladies chroniques, cardiovasculaires, soulagement de la douleur, etc. Il est aussi utilisé comme un processus d’apprentissage en éducation, pour harmoniser l’inconscient profond et éveiller le potentiel intérieur, ou comme technique de méditation.

Déroulement et bénéfices de la pratique du Yoga Nidra 

L’élève est confortablement allongé au sol dans la posture de Shavasana (ou adaptée en pré-natal) et il se laisse guider par la voix de l’enseignant dans la pratique suivante :

  • Relaxation et préparation
  • Résolution * (Shankalpa)
  • Rotation de la conscience dans les différentes parties du corps
  • Conscience du souffle
  • Sensations
  • Visualisation
  • Résolution (Shankalpa)
  • Fin de Session

* Formuler une résolution lors du Yoga Nidra amène à défaire des noeuds psychiques profonds et les blocages sans résistance.

La pratique du yoga nidra harmonise :

  • le corps physique,
  • le corps de l’intellect, de l’ego et des décisions,
  • Le corps mental qui contient les émotions, la pensée et l’inconscient
  • La respiration et l’énergie vitale,
  • L’inconscient.

Il libère l’esprit, les tensions physiques, les émotions, il harmonise la circulation de l’énergie vitale, apporte une récupération complète et profonde et favorise ainsi une santé optimale.

Le Yoga nidra est une forme très puissante de relaxation, bien que la relaxation ne soit qu’un sous-produit de cette technique. Les deux parties importantes de cette technique sont la rotation de la conscience, qui développe la conscience du corps physique, et la visualisation créative.

Lors de la pratique de yoga nidra, l’individu ne fait pas seulement dormir. Il a été remarqué que les ondes alpha sont intensifiées, les mêmes ondes que durant la pratique de la méditation. Alors que pendant le sommeil ordinaire, ce sont les ondes delta qui prédominent. On peut distinguer si quelqu’un dort profondément de s’il est en état de yoga nidra en examinant l’activité du cerveau, par l’enregistrement des ondes delta ou alpha.

Le Yoga Nidra et la maternité

Durant la grossesse : il aide à créer les conditions optimales pour le développement et la croissance intra-utérine. Le stress libère des hormones dans le sang de la mère qui affecte le bien-être du foetus. Les hormones du stress, telles que l’adrénaline et la noradrénaline, traversent la barrière du placenta et entre dans la circulation foetale et agissent comme des toxiques qui peuvent perturber le développement physiologique et mental du foetus. La relaxation profonde induite par le Yoga Nidra libère la future maman du stress.

Pour l’accouchement : le Yoga Nidra joue un rôle important dans les techniques d’accouchement naturel, telles que la technique Leboyer dans laquelle la relaxation physique profonde et la conscience de la respiration spontanée constituent le fondement d’un travail et d’une délivrance naturels. Le Yoga Nidra, pratiqué durant la grossesse, développe la confiance et la conscience du corps, favorisant ainsi un accouchement ancré et connecté, sans complication ni intervention médicale.

En post-partum : La pratique du Yoga Nidra permet d’évacuer le stress et les éventuels traumatismes vécus pendant l’accouchement. Il est aussi une voie royale pour accompagner le corps dans cette phase de récupération, en apportant énergie vitale et en nourrissant les tissus en reconstruction. C’est un compagnon de choix pour traverser le post-partum.

Durant la maternité : il vos aidera à récupérer le manque de sommeil, vous soutiendra face à l’anxiété, voire la dépression. Il sera aussi un outil de premier choix pour naviguer dans la parentalité, pour libérer les programmes familiaux enfouis et inconscients que vous souhaitez évacuer, pour ancrer et vivre une vie de parent qui vous ressemble et qui correspond à vos valeurs. Il développera votre conscience, votre confiance, votre vitalité et votre harmonie.

20 minutes de relaxation profonde = 2 heures de sommeil récupérateur !

OM

 

Connaissez-vous le massage maman repos ?

Maman Yoga massage yoga nidra

Maman Yoga offre des massages maman repos : un massage aux huiles essentielles de 30 minutes suivi d’un Yoga Nidra de 30 minutes. Pour tout savoir, cliquez ICI !

 

 

Yoga, tricot et maternité

Au fil de la vie

La maternité est une période très intense, aussi bien sur le plan physique que les plans psychique et émotionnel. Notre personnalité, qui s’est construite en lien avec notre histoire familiale, notre vécu personnel, et au contact de notre environnement social, se voit profondément ébranlée. Dans ce raz-de-marée, il est essentiel de retrouver, voire redéfinir notre centre, un sens à notre expérience et notre lien à la communauté. Découvrez comment le yoga et le tricot sont de précieux alliés pour relever ces défis.

Le yoga comme le tricot sont des outils formidables pour gérer le stress induit chez la mère dès la grossesse. Entre les cocktails hormonaux qui accompagnent les transformations nécessaires, l’émotivité souvent exacerbée, la fatigue enceinte et en tant que maman, les pressions sociales, les défis de la maternité et nos enjeux personnels dans cette transformation radicale, tricoter et pratiquer le yoga sont des voies royales pour se relier à soi-même ainsi qu’à notre nouvelle réalité.

 

Maman Yoga ricot

Pratiquer le yoga, tricoter, être mère : 
c’est danser avec la vie !

Le yoga signifie « union, lien ». Il offre un retour vers soi profond et authentique qui nous permet de nous relier à notre être ainsi qu’à l’univers. À travers les postures (asanas), les techniques d’expansion de l’énergie vitale (pranayamas), la concentration (dharana) et la méditation (dhyana), nous sommes amenés à développer notre présence, notre santé et notre créativité. Plus nous sommes en contact avec notre nature profonde, plus nous sommes créatifs. Et plus nous nous sentons connectés aux autres aussi, car nous réalisons que nous faisons partie d’un tout duquel nous ne pouvons pas nous dissocier.

Le terme « tricot » est dérivé du mot « trique ». Il signifie « mesurer ». Il trouve également son origine dans le verbe tricoter qui, au XVe siècle, avait le sens de « danser avec quelqu’un ». En effet, tricoter demande de calculer (les dimensions du vêtement, de la personne, le nombre de mailles en fonction de ces dimensions, de la fibre et des aiguilles utilisées.) Il rejoint le yoga dans son aspect scientifique : l’alignement des parties du corps, les techniques de souffle, les répétitions de mantras, etc. reposent sur des techniques précises issues d’une connaissance profonde du fonctionnement de l’être.

Rien n’est laissé au hasard dans une discipline comme dans l’autre. Tout comme en yoga, une fois la technique maîtrisée, nous sommes libres pour créer sans limites, danser avec ce qui nous habite, nous anime et avec le mouvement de la vie.

Devenir mère, c’est développer de nouvelles habiletés pour répondre à de nouveaux besoins : ceux de notre enfant et les nôtres. Cela demande beaucoup de présence et une certaine discipline pour y arriver avec justesse et équilibre. Cela exige aussi une introspection pour se connaître et se reconnaître en tant que femme et mère, et pour accueillir nos peurs, nos doutes, nos blessures, afin de créer une vie qui ait du sens avec nos valeurs et nos envies.

 

Sur le fil de la maternité, on y danse, on y danse ! Souvent sans filet.

Le yoga et le tricot nous permettent de développer les habiletés nécessaires pour danser sur le fil de la vie avec maîtrise et liberté.

La science continue à prouver ce que les civilisations anciennes savaient déjà et nous ont transmis, entre autres, par le yoga. De nombreuses études contemporaines ont ainsi démontré les bienfaits de la méditation sur la santé, physique et psychique. L’intention de la méditation est de développer notre capacité de présence. Méditer, ce n’est pas générer un état de bien-être systématique que nous souhaitons atteindre chaque fois que nous nous asseyons sur notre coussin de médiation ! Méditer, c’est prendre un moment d’arrêt pour s’asseoir avec soi-même; c’est accroître notre faculté à accueillir et à s’ouvrir à ce qui est. À tout ce qui est. Sans attente, sans préférence, sans jugement. C’est en déployant notre capacité de présence que nous augmentons notre aptitude au bien-être. Car toute souffrance est le produit d’une résistance. Une douleur physique est causée par un blocage, une tension dans le corps. Un déséquilibre psychique, ou une souffrance émotionnelle, est le produit d’une confrontation entre ce qui est et ce que nous voudrions que cela soit.

Nous pouvons alors comprendre encore mieux les défis de la maternité. Combien de fois, en tant que mère, avons-nous souhaité que des événements de notre quotidien changent ? Il est, par exemple, tellement commun d’entendre : « quand est-ce que mon enfant va dormir ? » En nous accrochant à cette attente et en voulant contrôler le mouvement de la vie sur lequel nous n’avons concrètement aucune prise, nous augmentons notre stress et notre désarroi. La méditation va nous aider à accueillir nos émotions, à développer notre écoute et notre aptitude au lâcher-prise et à la joie dans l’ici et maintenant, quel qu’il soit. Elle va nous amener à plus d’autonomie et de créativité dans notre danse avec la vie en ouvrant le champ des possibles pour répondre avec justesse à ce qui est et à nos besoins. Et grande nouvelle : la méditation va augmenter notre vitalité! Oui, chères mamans, 20 minutes de méditation équivalent à 2 heures de sommeil !

 

Yoga tricot maman femme enceinte grossesse bebe

Le tricot, déjà surnommé « le nouveau yoga », est une forme de méditation active

Tricoter demande concentration et présence. Au fil des mailles, notre mental s’engage comme il le fait une respiration à la fois, en méditation. Des zones identiques du cerveau sont activées. La paix et le calme font surface et s’installent. Les pensées défilent, dans notre pleine présence. Et elles suivent leurs cours, puis s’évanouissent dans le lâcher-prise de notre être, pleinement engagé dans son tricot, sa posture de yoga ou sa méditation. Dans l’un comme dans l’autre, le rythme cardiaque ralentit et la tension artérielle diminue. Le Dr Bendon, directeur de l’Institut du cerveau à l’école de médecine de Harvard, explique que tricoter génère le « mode relaxation ». Cet état de détente permet aux tensions physiques de se dissoudre et aux émotions de circuler. Le corps fluidifié retrouve sa capacité d’autorégulation et d’autoguérison. Le système immunitaire est dopé, ainsi que notre résistance aux douleurs chroniques. Et notre capacité à gérer le stress et l’anxiété.

La Dre Monica Baird, spécialiste de la douleur, a clairement établi comment le tricot modifie la chimie du cerveau : la production de cortisol (hormone du stress) est limitée, celles de dopamine et de sérotonine (hormones de bien-être) sont augmentées.

 

… de transmission et de lien à la communauté

Le tricot reconnecte avec l’essence de la vie, par le contact avec la matière et le travail avec ses mains. Il éveille et nourrit bien évidemment notre créativité, source de satisfaction et de réalisation. Il nous relie également au clan et à la communauté, car tricoter est une activité sociale et de transmission. Les femmes se réunissaient pour transmettre non seulement leur savoir en tricot, mais aussi l’histoire de leur clan et de leur communauté.

Le tricot s’ancre dans une transmission familiale. Nous apprenons de nos mères, de nos grands-mères et nous le transmettons, à notre tour, à nos enfants. Il constitue un vecteur puissant de transmission des valeurs familiales.

Tricoter est aussi une activité sociale, qui permet de se retrouver et d’échanger dans la simplicité et la présence. Lorsque nous tricotons, nous sommes pleinement présentes et offrons ainsi une belle qualité d’écoute, un échange nourrissant et senti.

Dans nos sociétés occidentales où nous sommes bien souvent éloignés de nos familles, l’isolement devient un enjeu central dans la maternité. Car comme le clame si bien la sagesse africaine : « il faut un village pour élever un enfant. » Le tricot nous permet de retisser les liens pour créer ce village indispensable. Nous comprenons aisément pourquoi le yoga et le tricot reprennent vie avec tant de force aujourd’hui. Notamment chez les 25 — 40 ans !
Sergine Martinez,
Enseignante certifiée + 1 000 heures en yoga, spécialisée en périnatalité et pour les enfants, formatrice certifiée de l’Association Internationale de Massage des Bébés, thérapeute en énergétique, fondatrice de Maman Yoga. Elle offre des ateliers de « Yoga, Tricot, Thé » pour les mères futures et actuelles.

Cet article a été publié sur grossessemagazine.ca, le 9 décembre 2014 

Le cadeau Karma de l’été

Le cadeau Karma de l’été

Inscrivez-vous à la newsletter

de Maman Yoga cet été et vous recevrez 2 cahiers de vacances : le 1er juillet et le 1er août 2014.

Vous y trouverez des inspirations, des pratiques de yoga tout en légèreté et adaptées pour l’été, des secrets alimentation de Maman Yoga et des surprises – chez Maman Yoga, on adooooooore les surprises! – pour vous et vos enfants. Un volet sera aussi consacré aux femmes enceintes.

Pour les (futures) mamans, les enfants (0-12 ans) et tous ceux que vous aimez.

Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER en remplissant le formulaire ci-dessous. 

Et pensez à offrir la joie du yoga en partageant l’info sur vos réseaux sociaux ! Partager = bon karma 😉

Vive les vacances !